Plusieurs études ont essayé de voir s’il existait une corrélation entre l’âge et le bonheur. Et il semblerait bien qu’il y ait des âges plus propices au bonheur!

Deux périodes particulièrement heureuses

Des chercheurs de la London School of Economics, ont mené l’enquête auprès de 23 000 personnes âgées de 17 à 85 ans. Ils ont déterminé deux pics de bonheur à 23 ans et à 69 ans. Résultats confirmés par une étude de l’Office of National Statistics de Grande-Bretagne. L’observatoire a demandé à 300 000 personnes, âgées entre 16 et 90 ans, de noter le « niveau de bonheur » qu’ils ressentent sur une échelle de 1 à 10 (10 étant la meilleure note). Il s’avère que la tranche d’âge qui obtient le « niveau de bonheur » le plus élevé dans le graphique est celle des 65-69 ans, avec une note moyenne de 7,85/10.
Un sondage  réalisé par le site Internet anglais Friends United lui dit que 33 ans est l’âge du bonheur: 70 % de personnes interrogées expliquent n’avoir été vraiment heureuses qu’une fois passé le cap des 33 ans.

Pourquoi ces âges?

33 ans serait l’âge de l’optimiste, notamment en raison de la réussite professionnelle (21 %) et familiale, avec des enfants et une famille unie. La psychosociologue Danielle Rapoport, spécialiste de l’évolution des modes de vie et de la consommation précise: « Cela peut s’expliquer, sachant qu’à 33 ans, on est à la fois indépendant et autonome, et qu’on a déjà fait les choix principaux de la vie. A 33 ans on a choisi d’être seul ou en couple, d’avoir un enfant ou d’attendre un peu, et si l’on a des enfants, ils sont encore très jeunes et sont donc un facteur positif de notre vie. En même temps, nos propres parents sont encore jeunes et indépendants, ils ne représentent ni une charge, ni un souci. Et puis, à 33 ans, on a généralement beaucoup d’amis ».

Pour ce qui est de 23 ans, cet âge représente la jeunesse, le début de l’indépendance, la découverte du monde et de ses plaisirs. Rien de surprenant non plus pour la soixantaine: on profite de sa retraite, de ses petits-enfants, des voyages

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la majorité des seniors s’affirment heureux, un quart d’entre eux estimant même que le bonheur augmente avec les années, indique mercredi l’Observatoire de l’âge.  72% des résidents d’Ehpad, d’une moyenne d’âge de 88 ans, se déclarent heureux.

Les quadragénaires les moins heureux

Ce sont en revanche les quadra­gé­naires qui s’estiment les moins heureux, puisque leur « niveau de bonheur » est le plus faible (7,2 sur 10 de moyenne) et leur « niveau d’anxiété » le plus haut. Une preuve que la « crise de la quaran­taine » existe bel et bien?  La quarantaine est, en effet, la période où la vie professionnelle et la vie de famille sont à le plus difficile concilier et les responsabilités les plus pesantes.

Evidemment ces études sont à prendre avec du recul, peu importe votre âge, le bonheur est à portée de main, n’attendez pas la soixantaine pour être heureux!

Sources: https://www.vsd.fr// http://www.europe1.fr//  http://www.leparisien.fr/// http://www.planet.fr// https://www.rtbf.be// http://www.marieclaire.fr/