Les écrans ont envahi nos vies, nous rendant des services immenses, nous connectant au monde entier, mais nous déconnectant aussi de notre environnement immédiat et peut-être même de nous-mêmes… Comment penser les nouvelles technologies pour qu’elles soient réellement au service de notre bonheur?

Apprendre la responsabilité numérique                                                                              

Thibaut de Saint Maurice est essayiste, professeur de philosophie et chroniqueur de “La petite philo” sur France Inter livre à Maddyness sa vision du rapport entre bonheur et nouvelle technologie. Selon lui, le bonheur se trouve dans l’inattendu (une surprise, une rencontre), qui change notre rapport à la vie. Les nouvelles technologies diminuent cette part d’inattendu, posant des obstacles au bonheur. Avant de rencontrer une personne, on fait des recherches sur elle sur internet et on pense tout connaître d’elle “Il y a notamment une confusion entre le profil et la personne.” avertit l’essayiste. “Le progrès technologique est toujours neutre, les problèmes qui en découlent sont des problèmes d’utilisation. Il faut initier une sorte de maturité ou une responsabilité numérique. Ca passe par une chose essentielle, qui n’existe pas suffisamment : la connaissance des outils que nous employons. Qui connait, sur le milliard d’utilisateurs de Facebook, le fonctionnement des posts, des algorithmes ? Nous sommes des utilisateurs très naïfs, or la connaissance est une condition de la maîtrise.” Il y a un phénomène d’addiction des jeunes aux technologies, auxquels il convient de mettre des gardes-fous. Joël de Rosnay, scientifique français, pionnier en la matière, l’admet : « En 1984, j’avais écris Branchez-vous ! L’ordinateur en tête-à-tête, aujourd’hui, je proposerais : Débranchez-vous » !  Les enfants passent énormément de temps devant la télé, s’imprégnant de consommation, sexe, violences… Les études ont montré que plus un enfant regarde la télé plus ses dessins et son vocabulaire sont pauvres, plus il a aussi de risques de devenir obèse.

 

Se reconnecter à l’essentiel

Christophe André explique dans le magazine Psychologie notre dépendance “Les écrans ont envahi l’intégralité de nos vies, et nous sommes avec eux dans une relation addictive : nous consultons nos mails à tout moment, nous ne sortons jamais sans notre téléphone portable, nous sommes perdus sans nos GPS. Ils nous dirigent et nous dominent.” Le psychiatre propose de faire une détox des écrans pour retrouver le lien avec nous-mêmes. “Réfléchissons à ce qui nous rend heureux, aux plus beaux moments de notre vie : est-ce que ce sont des moments passés devant l’écran ? Bien sûr que non ! Notre bonheur est fait de choses simples et fondamentales : des liens réels avec d’autres humains, des moments passés dans la nature, des instants de calme, de récupération, de réflexion… Dans ces moments-là, non seulement les nouvelles technologies ne sont pas indispensables, mais elles sont indésirables. Une sonnerie de portable alors que nous contemplons un coucher de soleil sur l’océan est comme une obscénité ; mais le plus obscène, c’est de décrocher et de répondre ! Lorsque nous résistons à cette tentation, lorsque nous respirons, lorsque nous nous disons alors : « Je répondrai plus tard, mais là, je contemple, je respire, je suis juste dans cet instant, seul ce moment compte », nous sommes vraiment dans l’essentiel.”

Sources:

https://www.lesnumeriques.com http://www.psychologies.com/ https://www.maddyness.com  http://www.atlantico.fr/