Le bonheur ça s’apprend ? Apparemment oui. Pendant 75 ans, plusieurs générations de chercheurs ont analysé la vie de 724 hommes habitants aux Etats-Unis : “L’étude d’Harvard sur le comportement adulte”, la plus longue étude réalisée sur la vie adulte selon le professeur Waldinger.

C’est en 1938 que tout commence. Deux groupes d’adolescents et jeunes adultes de Boston sont sélectionnés : un groupe d’étudiants de l’université d’Harvard; un groupe de jeunes personnes venant des quartiers défavorisés de la ville.

La conclusion de l’étude a permis de montrer que « les leçons ne portent pas sur la richesse, ou la célébrité, ou le travail ». Le bonheur serait donc à la portée de tous !

1ère leçon : S’entourer

Vivre heureux, c’est privilégier les rapports sociaux ! Les personnes les plus en lien avec leur famille, amis, seraient en meilleure santé et vivraient plus longtemps. Un rapport de l’INSEE (2008) aurait même montré que la vie de couple influençait positivement les individus.

Au contraire, les personnes se sentant seul(e) seraient plus malheureuses et seraient en moins bonne santé. A noter que selon des études neuroscientifiques, l’isolation sociale activerait les mêmes zones du cerveau que la douleur physique !

Être tourné vers l’autre permettrait également d’être plus heureux ! Une autre étude a d’ailleurs montré que lorsque l’on donne de l’argent (par exemple à une association caritative), la zone du cerveau – le striatum ventral – qui est activée est la même que lorsque l’on reçoit de l’argent.

2ème leçon : Entretenir de bonnes relations

S’entourer ? Oui mais de bonnes personnes, des personnes qui vous tirent vers le haut et non qui vous entraîne vers le bas. A noter que c’est la qualité des relations que vous entretenez qui est important et non la quantité !

Les conflits sont aussi très néfastes pour notre santé, c’est pourquoi il est important de savoir gérer les conflits avec beaucoup de bienveillance. Par exemple, par la communication non violente !

3ème leçon : Le bonheur ? Un ingrédient essentiel pour mieux vieillir !

Le Pr Waldinger, en se penchant sur les dossiers médicaux des participants, a également remarqué que “Ce n’était pas leur taux de cholestérol à cet âge qui a prédit comment ils allaient vieillir. Les gens qui étaient les plus satisfaits dans leurs relations à 50 ans étaient ceux en meilleure santé à 80 ans. »

Les bonnes relations ont donc un véritable impact positif sur la santé ! Elles permettraient aussi d’améliorer la tolérance à la douleur physique… et auraient un impact sur notre cerveau et notre mémoire !

Et au quotidien ?

Le professeur explique que les individus ont du mal à partager leur bonheur. Pourquoi ? Parce qu’une relation c’est compliqué, c’est désordonné, et ça nous fait nous poser encore plus de questions… Pourtant, c’est grâce aux relations que l’on peut véritablement grandir et évoluer sur notre chemin de vie.

Et comme le disait Mark Twain : « On n’a pas le temps – si brève est la vie – pour les chamailleries, les excuses, l’animosité et les règlements de compte. On a que le temps d’aimer et qu’un instant, pour ainsi dire, pour le faire. »

Retrouvez la vision du bonheur de Nassrine Reza, une interview signée Julien Peron 🙂