Pour les adolescents suisses, le bonheur ne dépend pas de la réussite. En effet, ils sont moins ambitieux que d’autres adolescents européens mais cela ne les empêchent pas d’être heureux.

Selon une étude PISA, seuls 40% d’adolescents suisses veulent être les meilleurs de la classe, contre 60% en moyenne dans les autres pays de l’OCDE.  A noter qu’en Suisse, 27% des écoliers souhaitent poursuivre un cursus universitaire contre 44% dans d’autres pays européens. Cela serait-il dû au système de formation suisse ?

Bonnes notes = bonheur ?

Et bien non ! L’étude montre que les bonnes notes à l’école ne sont pas forcément synonyme de bonheur ! En effet, des écoliers forts en mathématiques par exemple ne seront pas forcément épanouis dans leur vie. A noter qu’en Finlande, Pays-Bas et Suisse, les systèmes permettent aux écoliers d’allier bonnes notes à l’école et satisfaction des élèves ! Leur bien-être ne dépendrait non pas du nombre de cours ni des contrôles réguliers mais bien de la relation qu’entretient l’élève avec ses professeurs et ses parents.

En Suisse…

Les adolescents suisses seraient parmi les individus les plus satisfaits des 35 pays de l’OCDE participants à l’étude, juste derrière les mexicains, finnois, néerlandais et islandais. Sur une échelle de 0 à 10, ils estimeraient à 7,72 leur niveau de satisfaction.  40% des jeunes seraient contents de leur vie contre 7% d’insatisfaits.

Au niveau de l’exclusion, 88% des jeunes suisses ne ressentiraient pas de sentiment d’exclusion mais 17% se sentiraient tout de même victimes de moqueries à l’école. 3% se retrouveraient à affronter les coups d’autres enfants régulièrement.

Internet et le sport

Les suisses passeraient également beaucoup de temps sur Internet par jour (2h la semaine, plus de 2h30 le week-end). Ce chiffre est cependant moins élevé par rapport à d’autres pays de l’OCDE où les enfants passeraient en moyenne une demi-heure de plus chaque jour.

Le temps libre qu’il leur reste est consacré au sport ! En effet, 73% des adolescents suisses pratiqueraient une activité sportive hors du cadre scolaire. Les hongrois feraient encore mieux avec 80% de sportifs.

Pour en savoir plus…

D’autres informations ont été récoltés lors de l’étude PISA sur le bien-être des adolescents. Cela concerne leurs résultats scolaires, leurs relations camarades/professeurs, leur vie familiale et enfin leurs activités extra-scolaires.

Source : https://www.swissinfo.ch/