Le bonheur serait-il réservé aux personnes « normaux » ? , c’est la question à laquelle Marie-France de Palacio a tenté de répondre dans son livre « Ta sensibilité de tuera ». Professeure de littérature à l’université, elle avait « tout pour être heureuse » : une famille aimante, un métier valorisant, des étudiants qui l’aimaient et pourtant… elle était en mal-être depuis son enfance. Et un jour de 2013, cela la rattrape, elle s’effondre ! Suite à un burn-out, elle est diagnostiqué bipolaire. Terrifiant pour elle et en même temps tellement soulageant de pouvoir poser des mots sur ce qu’elle ressent. C’est pour elle le début d’une nouvelle vie, le début d’un travail approfondi sur elle-même…

Ce mot de travail est ici justifié, car Marie-France de Palacio n’a pas choisi la voie de la facilité. Elle aurait pu consentir à ingérer quotidiennement tous les médicaments qui lui étaient prescrits. Seulement, elle aurait renoncer à ce qui fait à la fois sa force et son tourment : son hypersensibilité.

Chez les hypersensibles, tout est éprouvé avec une intensité supérieure à la moyenne. Couleurs, sons, parfums, peuvent les plonger dans un bonheur ou un malheur intense. Les sentiments sont ainsi décuplés : la joie, la tristesse, la colère, l’empathie, …

Dans un monde anxiogène, les hypersensibles ont beaucoup de mal à se trouver et à gérer leurs flots d’émotions.  Ils perçoivent souvent le monde comme agressif, et deviennent parfois à leur tour agressifs envers les autres ou envers eux-mêmes, se sentant profondément incompris.

Pourtant, quand on sait gérer cette hypersensibilité, c’est véritablement un cadeau et non une maladie ! Et les hypersensibles peuvent aussi être heureux, au même titre que les autres !

Dans son livre, elle nous explique qu’il est important de savoir se retirer du monde, retrouve la relation que l’on entretient avec soi-même. Se retrouver pour s’accepter et mieux accepter l’autre ! « La plupart du temps, les relations sociales sont superficielles. Elles ne mettent pas en contact des personnes, mais des personnages, chacun s’efforçant de jouer son rôle du mieux qu’il peut. Découvrir son véritable soi, s’affranchir des conventions ordinaires, c’est se préparer à des rencontres plus profondes et enrichissantes avec les autres. ». 

Et si les gens « normaux » ont tant de mal à comprendre les hypersensibles, c’est peut-être parce qu’ils ont été contraints de devenir « hyposensibles… »

Pour être heureux, osez montrer votre hypersensibilité, osez être vous-même ! :

Source : https://blogs.mediapart.fr/