Si vous voulez sympathiser avec une chèvre, soyez heureux! Une étude vient de montrer que les chèvres sont plus attirés vers les visages souriants. Une autre étude sur le bien-être des dauphins a également révélé que ces animaux aimaient les interactions avec les personnes familières… Des études qui ouvrent de nouvelles voies dans la considération des animaux: le bonheur n’est pas une thématique réservée à l’Homme. 

Les chèvres perçoivent les expressions de bonheur

La perception des expressions faciales humaines est probablement le fruit d’une adaptation des deux espèces à « ces contextes coopératifs », puisque ces animaux ont été domestiqués et utilisés dans divers contextes: chasse, protection, déplacement… Or une nouvelle étude vient de paraître montrant que les chèvres elles-aussi sont capables de distinguer différentes expressions humaines. L’étude a aussi montré que les chèvres préfèrent les visages souriants aux visages en colère. « Nous savions déjà que les chèvres étaient très attentives au langage corporel humain mais nous ne savions pas comment elles réagissaient à certaines expressions comme la colère ou le bonheur », explique à l’AFP Christian Nawroth, premier auteur de cette étude publiée dans Royal Society Open Science. L’équipe de chercheurs a observé le comportement de 20 chèvres face à des images de visages humains, en leur soumettant deux images noir et blanc de la même personne, affichant une mine réjouie ou un air contrarié. Et les chèvres ont préféré interagir avec les sourires. « Cette étude a d’importantes implications sur la façon dont nous nous comportons avec les animaux de ferme et d’autres espèces, car la capacité des animaux à percevoir les émotions humaines pourrait être plus répandue qu’on ne le pensait », conclut l’université Queen Mary de Londres, qui a dirigé ces recherches.

Etude sur le bonheur des dauphins

Une étude visant à mesurer le bonheur des dauphins a été réalisée au parc Astérix. Les chercheurs  ont découvert que les cétacés aimaient l’interaction avec une personne familière. Le test montre donc que des meilleurs rapports avec l’humain sont nécessaires pour ces mammifères marins. Les scientifiques ont aussi tenté de déterminer quelles activités ils préfèrent: l’une visant à interagir avec les dauphins, une autre, leur permettant de jouer avec des jeux en les surveillant, et enfin la dernière les laissant livrés à eux-mêmes. « Nous avons trouvé un résultat vraiment intéressant – tous les dauphins sont impatients d’interagir avec un humain familier, » a déclaré le Dr Clegg. Le médecin affirme avoir détecté le même comportement chez d’autres animaux de zoo et de ferme.

Sources: 

https://www.ohmymag.com/  http://www.lepoint.fr/   https://www.francetvinfo.fr/