Pour Moussa Nabati: psychanalyste, thérapeute chercheur et docteur en psychologie et auteur, le seul obstacle au bonheur  provient de sa difficulté à oser être soi-même, c’est pourquoi il a intitulé son ouvrage “Le bonheur d’être soi”.

Devenir soi

Dans son livre, l’auteur explique que le bonheur se trouve dans la réconciliation avec soi, de se pacifier avec sa propre histoire, de s’aimer, se respecter sans se laisser emprisonner par le conformisme social. A l’heure actuelle, la société donne une importance exagérée à l’amour et la sexualité comme source de bonheur, qui trahit une marchandisation, une chosification du bonheur, selon l’auteur. “C’est-à-dire que tous ces éléments, et même la santé, la jeunesse, ce sont des choses auxquelles on attache beaucoup d’importance quand on ne les a pas ; et quand on les a, on les oublie.” Il s’agit alors d’être capable de se rendre disponible intérieurement pour accueillir le bonheur, être en mesure de le recevoir. “Car quand vous avez cette disponibilité intérieure, si vous n’avez pas de frein, si vous n’avez pas d’empêchement, si vous n’avez pas d’écueil intérieur, alors à ce moment là, même si vous n’êtes pas jeune, même si vous n’êtes pas beau, même si vous n’êtes pas riche, vous pouvez accéder à la joie, et accéder au bonheur ; il n’y a pas de condition extérieure, il n’y a pas de condition matérielle concrète extérieure.”

Renoncer au bonheur pour y accéder

Moussa Nabati explique que l’ennemi numéro 1 du bonheur c’est la solution : “parce que la solution c’est la source de tous les ennuis ultérieurs. Parce qu’en fait, un vide intérieur, un manque intérieur, une dépression infantile précoce intérieure, une culpabilité intérieure, c’est-à-dire la détresse de l’enfant intérieur, n’est absolument pas soluble, n’est pas gérable par n’importe quelle solution, aussi géniale soit-elle, venue de l’extérieur.” Il nous faut commencer par renoncer à l’idée du bonheur car est avant tout une disposition à recevoir, qui demande l’autorisation du petit garçon ou de la petite fille en nous.  Ensuite nous pouvons développer notre intériorité et établir un dialogue avec nous-même: Est-ce que la personne que je suis, la vie que je mène, est-ce que ça me ressemble ? Ce que j’ai fait jusque là est-ce que j’étais en accord avec moi-même ? Est-ce que je me suis accompli? Et qu’est-ce que je veux à présent? De quoi ai-je envie?

Source: 

https://changementspositifs.fr/