Le bonheur est au cœur des préoccupations et pour preuve, un nouvel indicateur de mesure se démocratise de plus en plus à travers le monde entier. Alors que jusqu’à présent seul le PIB (produit intérieur brut) était utilisé comme indice représentatif du niveaux de vie d’un pays, on s’est rendu compte que celui-ci était purement économique et ne prenait pas en compte l’essentiel: le bien-être des habitants.

En effet, l’argent que nous avons sur notre compte en banque n’est pas le reflet d’une vie forcément heureuse ! Bien sûr, gagner sa vie est indispensable pour subvenir à nos besoins et ceux de notre famille mais le bien-être dépend de tout autre chose. La notion de bonheur prend aujourd’hui une place prépondérante dans notre société. Que ce soit dans le domaine de l’éducation, dans notre vie personnelle ou dans nos multiples interactions, la bienveillance, la solidarité et le bonheur sont devenus des enjeux de taille. Différents acteurs agissent au quotidien pour transformer une société capitaliste et individualiste en une société épanouissante et altruiste. Si la France arrive en 5ème position au classement du PIB, elle n’est que 18ème dans celui du bonheur; il y a encore du chemin à faire !

Ce nouvel indicateur de mesure a été introduit en 1972 par le Bhoutan, pays situé dans l’Asie du sud dans la chaîne de l’Himalaya. Instauré par le roi Jigme Singye Wangchuck, le BNB (bonheur national brut) se base sur quatre critères fondamentaux:
• la croissance et le développement économiques responsables
• la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise
• la sauvegarde de l’environnement et la promotion du développement durable
• la bonne gouvernance responsable

Ainsi, il considère que la richesse d’un peuple est nourrie par son niveau de bonheur et non par des considérations financières. Quelques années plus tard, le Bhoutan est rejoint par le Canada qui souhaite suivre la même voie que son prédécesseur en mettant en place un indicateur semblable au BIB. C’est ainsi que le BNB (produit national du bonheur) a vu le jour en 1980. Celui-ci intègre différents domaines comme :

• l’égalité sociale (taux de pauvreté, inégalités salariales, mesure de la
précarisation de l’emploi)
• les critères environnementaux
• le développement éducatif
• la sécurité économique

Aujourd’hui, le bonheur s’inscrit à juste titre dans nos mœurs et dans ceux d’un grand nombre de populations.

Source: https://www.lorientlejour.com/

Retrouvez la vision du bonheur de Soeur Dao, interviewée par Julien Peron 🙂