On parle souvent « d’atteindre le bonheur », le plaçant comme un but, qui tourne parfois à l’obsession… Pour d’autre le bonheur est clairement un chemin, mais qu’est-ce qui caractérise ce chemin ?

Tous sous anxiolytique?

C’est une des questions provocantes posées par Layard, auteur du livre “le prix du bonheur”, lorsqu’il explore les moyens les plus appropriés d’atteindre le bonheur. Cette question est intéressante car elle soulève un point important: si on considère seulement les résultats de l’action en termes de bien-être, on peut fermer les yeux sur les moyens. Si l’on considère le bonheur comme un but, à quel prix sommes nous prêts à l’atteindre? Tous les moyens sont-ils bons?  

Cette question révèle également un deuxième aspect important qui est une assimilation du bonheur au bien-être. L’absence de différenciation entre bonheur et bien-être se retrouve aussi bien dans les travaux comme ceux sur le Bonheur national brut du Bouthan, que dans les travaux directement axés sur la mesure subjective de la satisfaction à l’égard de la vie. Dans la littérature sur le bien-être (et notamment sur l’économie du bonheur) qui est majoritairement anglo-saxonne, le contenu des termes utility, well-being, satisfaction, happiness, ou quality of life ne sont pas clairement explicités, et sont souvent utilisés sans distinction.

Guy Corneau dans son livre Victime des autres, bourreau de soi-même, décrit le bien-être comme résultant de la satisfaction des besoins. Il explique que “La satisfaction des besoins n’entraîne pas le bonheur, mais plutôt un bien-être qu’il faudrait interroger : es-tu bonheur véritable ou éloignement temporaire du malheur ? Si l’on s’attache trop à nos bien-être passagers, ils risquent de nous garder prisonniers de nos personnages et d’empêcher la satisfaction des grands élans qui, eux, sont porteurs de bonheur. ”

Vivez votre vie comme vos vacances

Peut-être connaissez-vous la citation de Lao-Tseu qui dit: “Il n’y a point de chemin vers le bonheur. Le bonheur, c’est le chemin.” Et si vous preniez le temps de choisir votre vie comme vous choisissez votre prochain voyage ? Qu’avez-vous envie de découvrir ? Avec qui? A quel rythme? En vacances, on se sent souvent plus libre d’être qui l’on est vraiment, car on sort de son cadre habituel, on s’éloigne de ses préoccupations, on s’offre un moment pour respirer, on savoure chaque plaisir de l’été. Mais pourquoi réserver cette joie seulement aux vacances ? Et si vous viviez votre vie avec ce même état d’esprit, en vous accordant du temps pour prendre soin de vous, vous questionner sur vos envies, et en profitant de chaque moment comme d’un délice qui s’offre à vous ?

Sources: https://www.femininbio.com  https://theconversation.com/ https://www.quelemeilleursoit.com