On dit souvent que s’épanouir dans sa profession est une aspiration forte. En effet, exercer un métier passionnant est fréquemment présenté comme une des clés du bonheur.

Mais parce que nous n’exerçons pas le bon métier ou que nous l’exerçons dans de mauvaises conditions, cela n’est pas toujours possible.

Quelles sont les vraies raisons de nos frustrations professionnelles ? Et comment remettre le travail à sa juste place ?

Dans cet article, on vous dit TOUT sur le lien entre travail et sentiment de bien-être intérieur…

Le secret du bonheur : avoir un bon job

Lorsque le travail que nous faisons nous rend plus épanoui, il est facile de comprendre pourquoi on en fait aujourd’hui l’un des principaux facteurs de réalisation de soi et d’enrichissement personnel.

En effet, la reconnaissance de nos accomplissements, de nos compétences et notre efficacité, le sentiment d’être créatif et utile aux autres forment un tout qui contribue à notre sentiment de bonheur.

Avoir le sentiment d’être utile rend tout simplement plus épanoui. Savoir que l’on fait un travail qui sert, également, provoque un sentiment de bien-être et de réussite.

Ne pas aimer son travail rend malheureux à long terme

A l’inverse, subir au quotidien un emploi pénible et qui ne nous plait pas provoque un sentiment de frustration bien réel. En effet, la souffrance de ne pas s’épanouir au travail existe bel et bien.

Si chaque matin, une personne se rend au travail à contre-coeur, cela empathie sur sa vie de tous les jours.

Le fait de ne pas se sentir bien dans son espace professionnel engendre des sentiments négatifs bien plus présents que vous ne l’imaginez.

Lorsque le travail perd son sens éthique, moral, logique, nous faisons taire notre sensibilité, mais le malaise se répercute sur notre vie privée et notre santé.

Le « burn-out » et la dépression sont des facteurs bien réels d’une mauvaise appréciation de son lieu et environnement de travail.

Ne négligez pas votre job ! Il peut vous rendre heureux, alors choisissez-le bien, ne le subissez plus !

Une telle importance accordée au travail se ferait ainsi aux dépens d’autres éléments qui assurent le bien-être et la jouissance de l’existence

Source: www.psychologies.com